index physiologique nutrixeal info
Accueil > Index physiologique et biochimique

Index physiologique et biochimique

Découvrez les notions de base en physiologie et biochimie

Cet index présente de manière succincte les notions de base en physiologie et biochimie. Ces informations vous permettront de mieux appréhender le fonctionnement des actifs nutraceutiques que nous vous expliquons dans les articles de Nutrixeal Info.
 
Il s’agit parfois de concepts complexes, que nous nous efforçons de vous présenter de manière simplifiée, et en recentrant l’information sur l’intérêt de chaque notion dans l’univers nutraceutique.
 
Grâce à cet outils, nous souhaitons vous proposer une compréhension toujours plus complète des mécanismes qui permettent à nos actifs d’apporter de réels bienfaits à l’organisme.

Cet index se veut complémentaire de l’index nutraceutique qui répertorie les actifs nutraceutiques et vous présente les caractéristiques, vertus et bienfaits de chacun.
 

AJAX progress indicator
Rechercher
(effacer les filtres)
  • Acide glucuronique
    L'acide glucuronique est un acide dérivé du glucose. Il est formé à partir d'une molécule de glucose, qui a subi une oxydation sur son carbone N°6 par un acide carboxylique. Sa formule brute est C6H10O7 et sa masse molaire est de 194,14 g / mol, avec une température de fusion de 165°C. Dans les hépatocytes (cellules majoritaires du foie), l'acide glucuronique est fréquemment utilisé comme substrat, conjugué à de nombreux composés hydrophobes, pour en accroître la solubilité et en faciliter le processus de(...) Lire la suite
  • Acides gras
    Les acides gras sont les « briques élémentaires » qui constituent les lipides. Dans l’organisme, ils jouent deux rôles majeurs : un rôle de stockage de l’énergie et un rôle structural (en entrant dans la composition des membranes cellulaires). Ils interviennent également dans de nombreuses fonctions métaboliques. Nos apports alimentaires en acides gras dépendant essentiellement de l’assimilation des triglycérides contenus dans les aliments, l’organisme a développé des stratégies pour digérer et absorber un maximum de(...) Lire la suite
  • Amylase pancréatique
    L’amylase pancréatique est une enzyme digestive sécrétée par les glandes pancréatiques et active au sein du suc pancréatique. Agent enzymatique essentiel dans la digestion des glucides, elle poursuit le travail amorcé par l’amylase salivaire au sein de la bouche. @media screen and (max-width:768px){.ugb-7280e34.ugb-spacer{height:15px}} Tout comme l’amylase salivaire, l’amylase pancréatique a notamment la particularité d’amorcer la digestion des sucres dits complexes.(...) Lire la suite
  • Amylase salivaire
    L’amylase salivaire (également appelée ptyaline) est une enzyme digestive sécrétée par les glandes salivaires au niveau de la bouche. Agent enzymatique essentiel de la salive, elle débute la digestion chimique des glucides, principale source d’énergie chimique pour les cellules. Sa principale activité enzymatique est d’hydrolyser l’amidon (polymère végétal de glucose) et le glycogène (polymère animal de glucose) en maltose et polysaccharides de plus petite taille. De façon générale les aliments ne restent pas(...) Lire la suite
  • Barrière intestinale
    Parmi d’autres barrières physiologiques de l’organisme, celle de l’intestin joue un rôle physiologique particulièrement important. Comme toutes les barrières physiologiques, la barrière intestinale se doit d’être sélectivement perméable (aux nutriments aptes à rejoindre la circulation sanguine ou lymphatique) et parfaitement imperméable aux macromolécules, aux agents pathogènes, aux toxines, etc. La muqueuse intestinale doit faire barrière. Or, le milieu intestinal est notamment rempli de microorganismes(...) Lire la suite
  • Bile
    A quoi sert la bile ? La bile joue un rôle central dans la sphère digestive puisqu’elle participe à l’assimilation des graisses alimentaires et des vitamines liposolubles. La bile est formée d’acides biliaires qui au contact des graisses forment une émulsion obtenue par l’action détergente des sels biliaires. Les graisses ainsi émulsionnées sont plus facilement digérées par les lipases pancréatiques et intestinales et sont ainsi transformées en des « micelles » plus facilement absorbables par la muqueuse intestinale. Les acides(...) Lire la suite
  • Cétogenèse
    La cétogenèse est un processus métabolique indispensable à la vie, qui permet de survivre en conditions de jeûne. En cas de déficit en sucre, cette voie conduit à la formation de corps cétoniques, véhiculés jusqu’au cerveau, afin de lui fournir un apport énergétique en lieu et place du glucose. La cétogenèse, qu’est-ce que c’est ? La cétogenèse désigne l’ensemble des voies de synthèse aboutissant à la formation de corps cétoniques. Elle se déroule dans les mitochondries des hépatocytes (cellules du(...) Lire la suite
  • Côlon
    Le côlon, ou gros intestin, est la dernière partie du système digestif, dans la continuité de l'intestin grêle. Il a principalement pour rôle l'élimination des déchets. Il en absorbe l'eau et maintient ainsi l'équilibre hydrique. Il absorbe également certaines vitamines et minéraux. Définition et description anatomique du côlon Le côlon constitue la dernière portion de l’intestin. Bien plus court que l’intestin grêle, le côlon ne mesure qu’environ 1,5 mètre de long, subdivisé en sections successives, peu(...) Lire la suite
  • Corps cétoniques
    Les corps cétoniques sont des composés organiques produits par le corps dans le but d’apporter à l'organisme une source d’énergie de secours dans les moments de jeûne (afin d'économiser le glucose). Sans eux comme carburant alternatif, l’organisme ne pourrait pas survivre très longtemps en dehors des repas. Les corps cétoniques, de quoi s'agit-il ? Les corps cétoniques, souvent regroupés sous le terme de « cétones », sont trois métabolites : l’acétoacétate, le D-β-hydroxybutyrate et l’acétone. Les deux(...) Lire la suite
  • Desmosomes
    Les desmosomes, également appelés jonctions d’ancrage ou macula adherens, sont des jonctions intercellulaires fonctionnant à la manière de rivets : elles retiennent solidement les cellules entre elles de façon à former des tissus résistants à la compression et à l’étirement. A l’inverse des jonctions serrées, les desmosomes sont des zones d’ancrage bien spécifiques à l’image de tâche, d’où le terme de « macula ». Les desmosomes sont composés de protéines de type desmocolline et desmogléine qui sont des cadhérines(...) Lire la suite
  • Détoxification
    La détoxification vise à l’inactivation de toutes les substances nocives pour l’organisme, d’origine interne ou externe. Ces substances peuvent être des sous-produits du métabolisme (radicaux libres, acides organiques…) ou bien des substances totalement étrangères au métabolisme (on parle de xénobiotiques, parmi lesquels figurent les polluants environnementaux et les médicaments). Le but de la détoxification est de mettre définitivement fin à l’activité biologique de ces molécules toxiques pour l’organisme, puis(...) Lire la suite
  • Duodénum
    Le duodénum est le premier segment de l'intestin grêle, qui fait immédiatement suite à l'estomac, par l'intermédiaire du pylore. Anatomiquement, le duodénum est étroitement lié au pancréas, autour duquel il s'enroule (en formant une sorte de lettre C) et depuis lequel se déverse le suc pancréatique, qui contient des bicarbonates (pour élever le pH du bol alimentaire) et de puissantes enzymes digestives (amylases, lipases, protéases, etc.), afin d'initier l'hydrolyse et la digestion des nutriments. Mais le duodénum est(...) Lire la suite
  • Entérocyte
    Les entérocytes constituent l'un des principaux types de cellules qui forment l'épithélium intestinal. Morphologiquement, ce sont des cellules plus ou moins cylindriques, dont le pôle apical forme une sorte de plateau orné de microvillosités qui permettent d'accroître la surface d'échange de la cellule avec le tube digestif et les nutriments. Le cytoplasme de ces cellules est riche en réticulum endoplasmique lisse, particulièrement adapté à l'absorption des lipides. Les entérocytes sont reliés entre eux avec des(...) Lire la suite
  • Estomac
    L’estomac est un organe au cœur du système digestif. Positionné entre l’œsophage et le duodénum (première partie de l’intestin grêle), il reçoit les aliments prémâchés dans la bouche qui passent dans l’œsophage pour aboutir au niveau de l’estomac où ils subiront les premières étapes de la digestion alimentaire. Petit cours d’anatomie sur l’estomac L’estomac est un organe faisant suite à l’œsophage au niveau du cardia (ou jonction gastro-œsophagienne qui correspond à l’entrée de l’estomac). L’estomac est une poche(...) Lire la suite
  • Facteur intrinsèque
    Le facteur intrinsèque, également appelé facteur intrinsèque gastrique ou facteur de Castle (du nom de son découvreur William Bosworth Castle), est une glycoprotéine synthétisée au niveau de l’estomac par les cellules bordantes (ou pariétales). Son rôle principal est de protéger et faciliter l’absorption de la vitamine B12 (ou cobalamine). Dans les aliments, la vitamine B12 est liée à des protéines animales, si bien qu’elle arrive dans l’estomac sous forme liée. La pepsine, une enzyme digestive propre à l’estomac,(...) Lire la suite
  • Foie
    Le foie est un organe abdominal vital, en interface directe avec le sang et le système digestif. Il assure simultanément des fonctions de synthèse, de stockage énergétique et d’épuration. C’est l’organe central de la détoxication de l’organisme. Les hépatocytes représentent 70 à 80% des cellules du foie. Ils assurent l’épuration des déchets métaboliques, de la bilirubine et des xénobiotiques liposolubles, qui sont évacués par l’intermédiaire des canalicules biliaires vers la vésicule biliaire pour rejoindre(...) Lire la suite
  • Glucagon
    Le glucagon est une hormone sécrétée à la périphérie des îlots de Langerhans, dans les cellules alpha du pancréas. Son action est hyperglycémiante, c'est-à-dire qu'elle stimule l'élévation du taux de glucose sanguin, en stimulant notamment la glycogénolyse (l'hydrolyse du glycogène stocké dans le foie et dans les cellules musculaires). Le glucagon est donc l'hormone antagoniste de l'insuline. Historiquement, le glucagon a été découvert en 1923 par Charles Kimball et John Murlin, de l'université de Rochester, aux(...) Lire la suite
  • Glycogène
    Ce polymère de glucose est utilisé dans le monde végétal (champignons uniquement) et surtout très largement dans le monde animal pour stocker l'énergie chimique du glucose, dans le foie (organe de synthèse et de stockage) ainsi que dans toutes les cellules musculaires, de manière analogue à l'amidon chez les végétaux. Structure du glycogène Historiquement, le glycogène a été découvert au milieu du XIXème siècle par le médecin français Claude Bernard, fondateur de la médecine expérimentale. Structurellement, le(...) Lire la suite
  • Hépatocytes
    Les hépatocytes représentent environ 70 à 80% des cellules du foie et constituent à elles seules de véritables usines indépendantes multifonctions, au service de notre métabolisme et du traitement de tous les déchets, toutes les toxines et tous les xénobiotiques de notre organisme. Elles sont au cœur de toutes les fonctions hépatiques. Morphologie des hépatocytes De taille relativement importante (20 à 30 microns), les hépatocytes ont la particularité de comporter souvent deux noyaux, une caractéristique assez(...) Lire la suite
  • Homéostasie
    L'homéostasie peut être résumée comme la capacité d'un système à se maintenir à un équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes qui lui sont extérieures. En physiologie, ce terme s'applique à l'ensemble des paramètres qui doivent être maintenus constants (glycémie, température, taux en vitamines et minéraux...) Définition de l'homéostasie Le terme homéostasie est fréquemment utilisé en biologie et en médecine, et vous le trouverez employé assez souvent dans les pages de Nutrixeal Info. Le célèbre(...) Lire la suite
  • Insuline
    Pour fonctionner, l’organisme a besoin d’un apport constant et régulier en énergie. Une énergie qu’il trouve à partir du métabolisme du glucose issu de la dégradation des glucides apportés par l’alimentation. Lors de la prise d’un repas, les glucides présents dans les denrées sont absorbés par les entérocytes (cellules de l’intestin) et rejoignent la circulation sanguine pour atteindre le foie via les hépatocytes. Au niveau du foie, le glucose est stocké sous forme de glycogène, un polymère formés de milliers(...) Lire la suite
  • Intestin grêle
    L’intestin grêle est l’organe principal du système digestif humain, puisque c’est celui qui est en charge de l’absorption de l’essentiel des nutriments dont notre organisme a besoin : glucides, acides aminés, acides gras à chaines courtes, acides gras à longues chaînes, eau, sels minéraux, etc. L’intestin grêle : une anatomie hyper-optimisée pour l’absorption des nutriments et les échanges avec le système sanguin Les nutriments sont principalement absorbés dans cette partie de l’intestin, dont l’anatomie a été(...) Lire la suite
  • Jonctions adhérentes
    Les jonctions adhérentes font partie des principaux types de jonctions intercellulaires. Également appelées jonctions intermédiaires ou zonula adherens, elles constituent, avec les desmosomes, des liens d'ancrage entre les cellules : elles assurent l'intégrité tissulaire (permettant à un groupe de cellules d'agir comme une unité structurale solide). Ce type de jonction permet d'associer des éléments du cytosquelette d'une cellule à ceux de la cellule adjacente. Dans le cas des jonctions adhérentes, il s'agit de sites(...) Lire la suite
  • Jonctions communicantes
    Les jonctions communicantes ou jonctions gap (également retrouvées sous le nom de jonctions ouvertes) font partie des jonctions intercellulaires. Ce sont des jonctions en forme de canaux reliant les cytoplasmes de deux cellules adjacentes qui permettent la diffusion de petites molécules. Les jonctions communicantes sont ainsi essentielles à la communication entre les cellules. Chaque jonction communicante d'une cellule est formée d’une centaine de canaux étroitement associés à ceux de la cellule voisine pour former(...) Lire la suite
  • Jonctions intercellulaires
    Chez les organismes vivants, les cellules s’organisent en tissus très variés dont la composition cellulaire influence les fonctions biologiques. Pour former des structures très organisées, les cellules adjacentes adhèrent les unes aux autres, interagissent et communiquent entre elles via des zones de contact appelées jonctions intercellulaires. Les jonctions cellulaires induisent d'une part une solidité mécanique, et d'autre part une communication cellulaire. On distingue particulièrement : .ugb-6bb2b58(...) Lire la suite
  • Jonctions serrées
    Les jonctions serrées, également appelées zonula occludens, jouent un rôle important dans l’organisme. Elles sont en effet mises en œuvre dans la plupart des barrières physiologiques de l’organisme, auxquelles elles apportent une bonne étanchéité paracellulaire, c'est-à-dire entre les cellules. Il s'agit de l'un des principaux types de jonctions intercellulaires. Comparables à des points de couture entre les cellules, ou plutôt à des points de fixation ressemblant à un ensemble vis + écrou, les jonctions serrées(...) Lire la suite
  • Lipase gastrique
    La lipase gastrique est une enzyme sécrétée par les cellules principales de l’estomac. A l’inverse de la pepsine, cette lipase est directement synthétisée sous sa forme active. Notre organisme en sécrète jusqu’à 25 mg par jour. Comme son nom l’indique, cette enzyme est impliquée dans la digestion des graisses ou lipides au sein de l’estomac. Même si la digestion des lipides a principalement lieu au sein de l’intestin grêle, l’estomac amorce leur dégradation notamment via la lipase gastrique. Le rôle de cette(...) Lire la suite
  • Lipase linguale
    La lipase linguale ou salivaire est une enzyme principalement sécrétée par les glandes linguales. Libérée dans la bouche via la salive, cette enzyme catalyse la première étape de digestion des lipides et plus particulièrement des triglycérides. Avec les lipases gastrique et pancréatique, la lipase linguale fait partie du trio gagnant dans la digestion de graisses. Son rôle et son efficacité sont cependant inférieurs à ceux de la lipase pancréatique. Sous forme de triglycérides, les acides gras ne peuvent pas être(...) Lire la suite
  • Lipase pancréatique
    La lipase pancréatique, également connue sous le nom de lipase-colipase pancréatique, est une enzyme digestive sécrétée par le pancréas et libérée dans le duodénum via le suc pancréatique. Fonctionnellement assez différente des lipases linguales et gastriques, qu'elle surclasse très nettement en efficacité, elle participe très activement à la digestion des lipides.. Elle joue même un rôle primordial dans le processus long et délicat, qui permet l'absorption intestinale des acides gras contenus sous forme de(...) Lire la suite
  • Pancréas
    Le pancréas est une glande abdominale vitale, la deuxième plus grosse en volume après le foie, et comporte en réalité deux sous-organes distincts, avec une partie exocrine, qui fabrique le suc pancréatique, qui se déverse dans le duodénum et joue un rôle majeur dans le processus digestif, et une partie endocrine qui synthétise des hormones déversées directement dans le flux sanguin : glucagon, insuline, somatostatine, etc. Structure du pancréas. Le suc pancréatique participe à la digestion des nutriments Le(...) Lire la suite
  • Pepsine
    La pepsine, du grec pepsis qui signifie digestion, est une enzyme digestive présente dans le suc gastrique de l’estomac. Elle est synthétisée sous une forme inactive, le pepsinogène, par les cellules principales des glandes gastriques présentes dans l’antre et le fundus. La pepsine, forme active de l’enzyme, est au cœur des premières étapes de la digestion des protéines. Activation du pepsinogène en pepsine Dans l’estomac, la pepsine est synthétisée sous une forme inactive que l’on appelle pepsinogène. Cette(...) Lire la suite
  • Pepsinogène
    Le pepsinogène est une protéine synthétisée via le suc gastrique par les cellules principales de l’estomac. Sous sa forme native, le pepsinogène ne possède aucune activité enzymatique de type protéolytique. On parle alors de proenzyme, précurseur inactif d’une enzyme active, la pepsine. Pour être actif, le pepsinogène doit donc être converti en pepsine au sein de l’estomac, cette conversion est rendue possible grâce à la forte acidité gastrique. En effet, l’acide chlorhydrique, présent dans le suc gastrique,(...) Lire la suite
  • Salive
    La salive est un fluide biologique sécrété par les glandes salivaires au niveau de la bouche. Elle y joue un rôle central dans l’humidification et la lubrification des aliments afin de les préparer à leur digestion. Elle contribue également directement à la digestion de certains sucres (amidon et glycogène) et lipides. Lorsqu’on ingère des aliments, leur présence dans la bouche déclenche un réflexe nerveux qui stimule les glandes salivaires à sécréter de la salive. L’odeur des aliments ou la simple vue de ces(...) Lire la suite
  • Suc gastrique
    Le suc gastrique est un fluide biologique produit par l’estomac dans le but de faciliter la digestion des aliments. Il joue également un rôle protecteur vis-à-vis de la haute acidité retrouvée dans l’estomac. Chez l’Homme, environ 2 L de suc gastrique sont produits chaque jour. Le suc gastrique est composé de différents éléments, tous jouant un rôle clé dans la digestion des macronutriments : .ugb-caa6768 li{--icon-size:25px !important}.ugb-caa6768 li::before{width:25px !important;height:25px(...) Lire la suite
  • Trypsine
    La trypsine est une enzyme digestive présente dans le suc pancréatique et qui joue un rôle central dans la digestion des protéines alimentaires. Tout comme la bromélaïne ou la papaïne, bien connues du grand-public, cette enzyme fait partie des enzymes digestives protéolytiques ou protéases). Mais à la différence de la bromélaïne, nécessairement apportée par l'alimentation (et les compléments alimentaires), la trypsine est une enzyme endogène, produite par le pancréas et déversée dans le suc pancréatique vers le(...) Lire la suite
  • Trypsinogène
    Le trypsinogène est une protéine sécrétée par le pancréas dans le suc pancréatique qui se déverse dans le duodénum pour faciliter la digestion des protéines. Le trypsinogène est la forme inactive (proenzyme) de la trypsine, enzyme impliquée dans la digestion des polypeptides dans l’intestin grêle. Lors de l’arrivée du chyme alimentaire de l’estomac dans le duodénum, le trypsinogène est libéré dans le duodénum via le suc pancréatique. Là, il est activé en trypsine par des enzymes digestives liées à la paroi(...) Lire la suite
  • Xénobiotiques
    Les molécules qualifiées de xénobiotiques sont des molécules étrangères au métabolisme, qui sont entrées et présentes de manière plus ou moins fortuite dans l’organisme. Les xénobiotiques ne sont ni produits par l’organisme vivant, ni apportés par son alimentation normale. On classe ainsi dans les xénobiotiques tous les contaminants présents dans notre environnement et auxquels notre organisme est confronté, mais aussi tous les médicaments (dont l’administration est évidemment volontaire), mais que l’organisme et(...) Lire la suite

Découvrez l’équipe rédactionnelle régulière de Nutrixeal Info

Défiler vers le haut
error: Ce contenu est protégé.