index physiologique nutrixeal info
Accueil > Immunité adaptative

Immunité adaptative

L’immunité adaptative constitue la seconde ligne de défense de l’organisme vis-à-vis d’agents infectieux et de substances étrangères. Également appelée immunité spécifique ou acquise, elle ne se développe qu’après exposition à des agents inducteurs tels que les microorganismes, les cellules anormales, les toxines et toute autre substance étrangère.

immunité adaptative index physiologique Nutrixeal Info
  • Informations clés
  • L’immunité adaptative correspond à des mécanismes immunitaires spécifiques qui se mettent en place après reconnaissance d’un pathogène par les agents de l’immunité innée.
  • L’immunité adaptative comprend les mécanismes de production d’anticorps par les lymphocytes B (immunité humorale) et l’activation de cellules tueuses comme les lymphocytes T cytotoxiques (immunité à médiation cellulaire).
  • Les mécanismes de l’immunité adaptative permettent également la production de cellules mémoires qui permettent une réaction spécifique plus rapide en cas de deuxième rencontre avec le même pathogène.

L’immunité adaptative n’est activée qu’à la suite de la reconnaissance des agents infectieux par le système immunitaire innée. Considérée comme une réponse tardive, elle contribue, dans la grande majorité des cas, à l’élimination de l’agent infectieux et surtout à l’éducation du système immunitaire avec génération de cellules mémoires.

Les défenses adaptatives sont hautement spécifiques, c’est-à-dire qu’elles peuvent faire la distinction entre les agents pathogènes, même si les différences entre eux sont minimes. Cette reconnaissance met en œuvre la participation de globules blancs, appelés lymphocytes, qui produisent deux types de réponses immunitaires adaptatives :

  • l’immunité humorale,
  • l’immunité à médiation cellulaire.

Toutes deux font intervenir différentes cellules et molécules destinées à contrer respectivement les microbes extracellulaires et intracellulaires. L’activation de l’immunité adaptative aboutit ainsi à l’expansion clonale des lymphocytes de type B et T spécifiques d’antigènes de l’agent pathogène. 

Cellules du système immunitaire

À SAVOIR

L’immunité adaptative est le système de défense mis en œuvre par tous les types de vaccins (antibactériens et antiviraux).

La réponse immunitaire humorale

L’immunité humorale est exercée par des protéines appelées anticorps produits par des cellules spécifiques : les lymphocytes B. Les anticorps protègent l’organisme en se fixant aux microorganismes afin les neutraliser avant leur entrée dans les cellules. Ils circulent ainsi dans le sang, les liquides tissulaires extracellulaires et la lumière des organes couverts d’une muqueuse tels que les tractus respiratoires et digestifs. Les anticorps peuvent également faciliter l’ingestion des agents infectieux par les phagocytes.

Les anticorps n’ont cependant aucune action contre les microbes dits intracellulaires qui vivent et se divisent à l’intérieur des cellules infectées, y compris les phagocytes. Bien qu’ils puissent empêcher les agents pathogènes d’infecter les cellules tissulaires, ils sont inefficaces une fois que les microbes sont entrés dans les cellules de l’organisme.

Anticorps et virus : systeme immunitaire
Les anticorps, qui font partie de notre immunité adaptative, détectent et neutralisent les agents pathogènes de manière spécifique.

La réponse immunitaire à médiation cellulaire

Pour se défendre contre les microorganismes intracellulaires ayant échappé à l’immunité humorale, l’organisme a une deuxième option pour se défendre : l’immunité à médiation cellulaire. Cette dernière dépend de cellules appelées lymphocytes T. De façon générale, les lymphocytes T détruisent directement les cellules infectées de l’organisme, les cellules tumorales ou les tissus endommagés. Pour cela, ils induisent la mort de toute cellule (y compris les cellules non phagocytaires) qui abrite des agents pathogènes au sein de son cytoplasme ou de son noyau.

Les lymphocytes T peuvent également activer les phagocytes (tels que les macrophages) afin de détruire les agents infectieux préalablement ingérés et emprisonnés au sein des vacuoles nutritives à l’intérieur des phagocytes.

Pour exercer au mieux toutes ces fonctions, les lymphocytes T reconnaissent des motifs microbiens présents à la surface des cellules infectées qui indiquent la présence d’un pathogène dans la cellule.

Certains lymphocytes T contribuent également à la protection contre les microbes extracellulaires en recrutant dans les foyers infectieux de nombreux phagocytes, qui ingèrent et détruisent les germes.

immunité adaptatives mécanismes Nutrixeal Info
Partagez cet article
Rédigé par
Equipe rédactionnelle de Nutrixeal Info

Notre travail de rédaction est toujours une aventure collective !
> Découvrez l'équipe de rédacteurs récurrents de Nutrixeal Info.

Défiler vers le haut
error: Ce contenu est protégé.