index physiologique nutrixeal info
Accueil > Bile

Bile

A quoi sert la bile ?

La bile joue un rôle central dans la sphère digestive puisqu’elle participe à l’assimilation des graisses alimentaires et des vitamines liposolubles. La bile est formée d’acides biliaires qui au contact des graisses forment une émulsion obtenue par l’action détergente des sels biliaires. Les graisses ainsi émulsionnées sont plus facilement digérées par les lipases pancréatiques et intestinales et sont ainsi transformées en des « micelles » plus facilement absorbables par la muqueuse intestinale.

Les acides biliaires (ou sels biliaires selon le pH) sont des molécules dites amphiphiles c’est-à-dire qu’ils sont pourvus d’une tête hydrophile et d’un large côté hydrophobe. C’est ce caractère polaire/apolaire particulier qui leur permet de former des micelles.

structure sel biliaire NaCDC
Structure chimique d’un sel biliaire : le chénodésoxycholate de sodium (NaCDC)

La bile joue également un rôle clé dans la détoxification de l’organisme en favorisant l’élimination d’une large gamme de composés. Le flux biliaire permet d’éliminer dans les fèces l’excès de cholestérol, de catabolites telle la bilirubine, d’ions inorganiques (fer ou cuivre) ainsi que de nombreux xénobiotiques et médicaments. Ce phénomène est un processus osmotique régit à la fois par la sécrétion des sels biliaires et par d’autres molécules osmotiquement actives comme le glutathion.

L’Homme sécrète en moyenne 320 ml de bile par jour pour assurer toutes les fonctions digestives qui lui sont associées.

Le foie, un organe central dans la production de la bile

La bile est un fluide corporel entièrement sécrété par le foie, elle représente d’ailleurs l’une de ses principales activités. Les hépatocytes, cellules majoritaires du foie (plus de 85% du volume hépatique), ont la charge de la sécrétion biliaire. Ces cellules s’organisent en une unité morphologique fonctionnelle que l’on appelle lobule hépatique. Les cellules s’orientent en travées radiaires qui débouchent vers la veine hépatique centro-lobulaire. A l’opposé de cette veine et tout autour du lobule hépatique, on retrouve un vaste réseau sanguin issu de la veine porte ainsi que les canaux biliaires. Le sang circule dans les lobules de l’espace porte vers la veine centro-lobulaire. A contrario, la bile circule dans le sens opposé au flux sanguin, elle se dirige vers les canaux biliaires situés à la périphérie du lobule hépatique.

Les canaux biliaires sont tapissés de cellules épithéliales appelées les cholangiocytes, qui constituent 3 à 5% des cellules du foie. Ces cellules participent au flux biliaire en rejetant l’eau, des bicarbonates et d’autres électrolytes dans la bile.

Lorsque les hépatocytes sécrètent la bile, cette dernière s’écoule par les canaux biliaires pour aboutir dans un canal unique (voie biliaire principale) aboutissant au duodénum. L’appareil biliaire est complété par la présence de la vésicule biliaire, qui constitue une voie biliaire accessoire. La vésicule biliaire est un petit réservoir situé sur le trajet de la bile et qui sert de lieu de stockage de la bile. La bile est un fluide produit en permanence par le foie, cependant compte tenu que son utilisation est intermittente, il faut la stocker entre les repas. La vésicule biliaire stocke ainsi la bile ce qui permet d’avoir accès à une quantité suffisante de bile lorsque cela est nécessaire. Ainsi lorsque le bol alimentaire atteint le duodénum, la vésicule biliaire se contracte afin de relarguer de la bile dans le duodénum via le canal cholédoque. La fonction de la vésicule biliaire est donc strictement limitée à un rôle de stockage de la bile.

Composition chimique de la bile

La bile sécrétée par les hépatocytes est composée d’environ 84% d’eau, 11,5% d’acides biliaires, 3% de phospholipides, 0,5% de cholestérol et de seulement 1% d’autres composés. Elle contient également des électrolytes :

  • Comme le sodium, le potassium, le calcium, et le magnésium, tous retrouvés à des concentrations identiques à celles du plasma
  • Comme le chlore et des bicarbonates, avec des concentrations variables.

Les composés organiques majoritaires de la bile sont les acides biliaires, le cholestérol, les phospholipides (sous forme de phosphatidylcholine), les protéines et les peptides (glutathion), les pigments biliaires et d’autres anions organiques.

Les acides biliaires sont cependant les composés majoritairement retrouvés dans la bile (concentrations situées entre 2 et 45 nM)

Le principal pigment biliaire présent dans la bile est la bilirubine qui provient de la dégradation de l’hémoglobine.

La bile est également très riche en lipides.

La composition de la bile est extrêmement variable selon sa progression au sein des voies biliaires. Elle subit ainsi quelques modifications. Les cholangiocytes réabsorbent et sécrètent des substances qui vont faire varier la composition et le pH de la bile. La bile est ensuite in fine stockée et concentrée (5 à 6 fois) dans la vésicule biliaire où elle subit quelques dernières modifications (addition de mucines, actions enzymatiques…). La composition de la bile hépatique sécrétée par les hépatocytes et celle issue de la vésicule biliaire diffèrent donc quelques peu l’une de l’autre.

Synthèse et cycle entéro-hépatique des sels biliaires

Les acides biliaires sont synthétisés par le foie, plus précisément par les hépatocytes, à partir du cholestérol. Ils sont ensuite conjugués à un acide aminé de type glycine ou taurine. A pH physiologique, les acides biliaires sont chargés négativement et se couplent à un sodium pour former un sel. On parle alors de sels biliaires.

Les acides biliaires sécrétés dans la bile sont issus soit d’une synthèse dite de novo à partir du cholestérol, soit du recyclage via la voie entéro-hépatique, qui constitue la voie quantitativement la plus importante.

Tous les jours, l’Homme convertit en moyenne 500 mg de cholestérol en acides biliaires au niveau des hépatocytes. Cette synthèse de novo nécessite l’intervention d’une quinzaine d’enzymes pour obtenir la synthèse d’un acide biliaire complet, c’est-à-dire conjugué à une glycine ou une taurine.

Via la voie entéro-hépatique, les acides biliaires sont réabsorbés par les entérocytes (cellules de l’intestin grêle) et captés à nouveau par les hépatocytes pour être recyclés.

Partagez cet article
Rédigé par
Equipe rédactionnelle de Nutrixeal Info

Notre travail de rédaction est toujours une aventure collective !
> Découvrez l'équipe de rédacteurs récurrents de Nutrixeal Info.

Défiler vers le haut
error: Ce contenu est protégé.