AHCC immunité Nutrixeal Info
Accueil > Santé > AHCC ® : un ingrédient à la pointe de l’innovation au service de la fonction immunitaire

AHCC ® : un ingrédient à la pointe de l’innovation au service de la fonction immunitaire

Coup de projecteur sur l’Active Hexose Correlated Compound (AHCC) : un puissant extrait de champignon médicinal aux bénéfices multiples pour la santé et particulièrement renommé pour son action bénéfique sur l’activité des cellules NK.

Les bénéfices santé des champignons médicinaux shiitake, reishi, maitake, cordyceps, Hydne herisson, etc. sont largement connus auprès du grand public et reconnus par la communauté scientifique, qui leur ont consacré d’innombrables travaux et publications sur les dernières décennies. Cependant, les scientifiques savent que l’un des principaux obstacles à l’efficacité (in vivo) des actifs de tous ces champignons, est le poids moléculaire de leurs polysaccharides, généralement supérieur à 100.000 Daltons, ce qui constitue un frein à l’absorption intestinale.

Issu d’une recherche de pointe, Active Hexose Correlated Compound (AHCC) est produit par un procédé ultra innovant de biofermentation du mycélium de champignons, afin d’obtenir la formation de polysaccharides spécifiques, de bas poids moléculaire, aux remarquables propriétés physiologiques.

L’AHCC : un extrait innovant de mycélium de shiitake

L’AHCC est produit à partir d’une culture de mycélium de shiitake (Lentinula edodes). Qu’est-ce que cela signifie ? Eh bien, la plupart des gens pensent que les champignons ne sont constitués que d’un pied et d’un chapeau, que nous associons visuellement à l’image du champignon.

Mais, en réalité, la partie visible et émergée du champignon, à la forme si caractéristique, n’est que la partie du champignon dédiée à sa reproduction. La plus grande partie du champignon, le mycélium, se trouve dans le sol, le bois ou tout type de support utilisé pour faire pousser le champignon. Le mycélium correspond en quelque sorte aux « racines » du champignon. Dans le cas de l’AHCC, la particularité, c’est que ce mycélium est cultivé dans un milieu liquide, qui sera finalement séché (par lyophilisation) et réduit en poudre pour obtenir de l’AHCC.

Structure du champignon shiitake, chapeau et mycélium.
Structure du shiitake, avec chapeau, pied et mycélium.

Le développement de l’AHCC remonte jusqu’aux années 1980, au Japon, sous l’impulsion d’une compagnie de biotechnologie et avec la collaboration d’une équipe de scientifiques de l’université de Tokyo. Leur recherche a démarré par le criblage de centaines d’espèces et de variétés de champignons, à la recherche de ceux qui paraissaient les mieux capables de promouvoir l’activité des cellules NK (Natural Killer), ces lymphocytes sentinelles au rôle particulièrement important pour nos défenses immunitaires innées.

Un système de culture à large échelle, dans des conditions ultra contrôlées

L’AHCC utilise un système de culture spécifique en milieu liquide, qui utilise de grandes cuves spécialement optimisées pour son procédé breveté de culture en fermentation longue.

Au cours de ce processus, les conditions de culture du champignon font que le mycélium ne se transforme pas en champignon mature (avec le chapeau caractéristique du shiitake), mais se développe plutôt en colonies sphériques de mycélium.

Le mycélium de Lentinula edodes est pré-cultivé puis ensemencé dans les cuves et mis en culture sur une longue durée : 30 à 40 jours de surveillance constante !

Au terme de cette phase de culture, le mycélium de shiitake est ensuite filtré, concentré, stérilisé, lyophilisé et micronisé pour devenir le produit commercial dénommé AHCC, utilisé par Nutrixeal.

La culture en cuve des champignons mise au point pour l’AHCC est un processus extrêmement sensible et délicat à maîtriser, que toute altération des conditions de température ou de concentration en nutriments pourrait mettre en danger !

Pour sécuriser la production, les cuves de production de l’AHCC sont maintenues sous haute surveillance. Pendant toute la durée de la mise en culture de l’AHCC, elles demeurent stériles et hermétiques à l’air extérieur, pour éviter tout risque de contamination.

L’usine de production de l’AHCC sélectionné par Nutrixeal a par ailleurs obtenu les certifications ISO9001 et ISO22000 et est également certifiée BPF / GMP pour la production de compléments alimentaires.

Procédé de culture de l'AHCC.
Procédé de culture de l’AHCC.

Les étapes du procédé de fabrication de l’AHCC :

  • Les souches de mycélium strictement sélectionnées pour la fabrication de l’AHCC sont cultivées dans des boîtes de pétri.
  • Le mycélium et le support de culture sont ensuite déplacés dans une petite cuve, et cultivés sous agitation mécanique régulière, afin de promouvoir une croissance régulière et homogène du mycélium, qui se développe alors en petites colonies sphériques.
  • Au bout de quelques jours de culture, le mycélium de shiitake et son support de culture sont transférés dans une plus grande cuve, et soumis à une oxygénation douce et régulière, à l’aide de petites bulles d’oxygène.
  • La culture est ensuite transférée dans une cuve plus grande (1 500 litres).
  • Puis le mycélium et son support sont transférés une nouvelle fois pour être mis en culture dans une cuve géante de 15 000 litres pour l’étape finale de développement des colonies de mycélium de champignon.
  • La récolte liquide de mycélium est ensuite filtrée, concentrée, lyophilisée dans l’une des plus grandes installations de lyophilisation du Japon, et enfin réduite en poudre. Pour rappel, la lyophilisation est le procédé le plus protecteur qui soit pour éliminer l’eau d’un nutriment en solution aqueuse, tout en préservant intégralement tous les actifs (à la différence du spray drying, par exemple, la lyophilisation fonctionne sous vide, à très basse température).
  • L’ingrédient est conditionné en conformité avec les spécifications du grade commandé par le client. Le laboratoire Nutrixeal utilise un grade premium, dont les derniers lots affichent une teneur particulièrement élevée en alpha-glucanes (supérieure à 20%) !

L’industrialisation soigneusement maîtrisée du processus de production explique la stabilité et la reproductibilité des concentrations en actifs de l’AHCC.

Des polysaccharides spécifiques de bas poids moléculaire

L’AHCC ne contient évidemment pas une seule substance purifiée, mais un mélange naturel de nutriments extraits du mycélium de champignon. La fraction active de ce mélange est constituée de polysaccharides, tout comme pour les extraits classiques de shiitake.

Le saviez-vous ?

Pour mémoire, les polysaccharides sont des composés naturels dont la structure polymérisée est constituées d’unités répétées de saccharides.

D’un champignon à l’autre, on retrouve évidemment des types très variés de polysaccharides.

En fonction de la nature des polysaccharides, les bénéfices physiologiques liés à la consommation de ces polysaccharides de champignons varient bien évidemment. Tous les champignons ne se valent pas !

Structure des polysaccharides.
Structure moléculaire des polysaccharides, actifs principaux de l’AHCC.

Cependant, alors que dans la plupart des champignons on trouve un type de polysaccharide dénommé « bêta-glucanes », l’AHCC constitue un cas à part. En effet, cet extrait breveté contient également des polysaccharides uniques et caractéristiques, des alpha-glucanes acétylés.

Plus précisément, l’AHCC contient un composé unique dénommé α-1,4 glucane, que l’on ne trouve pas dans les autres champignons comestibles (et il n’est donc pas présent dans les extraits classiques de shiitake). Cet alpha-1,4 glucane se forme donc au cours du processus breveté de biofermentation, spécifique de l’AHCC.

AHCC : structure de l'apha-glucane.
AHCC : structure moléculaire de l’apha-glucane.

Il est donc plus que probable que l’alpha-1,4 glucane joue un rôle clef dans les bénéfices physiologiques spécifiques liés à la consommation d’AHCC et illustrés par les nombreuses études cliniques qui ont été consacrées à cet ingrédient innovant.

Bien-sûr, le deuxième élément clef de l’efficacité de l’AHCC est le poids moléculaire très modéré de ces alpha-glucanes, qui subissent une autolyse enzymatique lors de la mise en culture du mycélium (sous l’effet des enzymes naturellement présentes dans le mycélium de shiitake et particulièrement concentrées dans le milieu de culture de l’AHCC).

Comme pour beaucoup de composés organiques qui adoptent naturellement une forme polymérisée, le poids moléculaire modéré des chaînes d’alpha-glucanes de l’AHCC (moins de 5 KD) joue un rôle favorable sur son absorption intestinale.

Plus d’une cinquantaine d’études scientifiques sur l’AHCC, dont 10 études cliniques

Parmi ces nombreux travaux, un essai sur des volontaires sains supplémentés pendant 4 semaines a par exemple permis d’illustrer qu’une supplémentation en AHCC était susceptible d’accroître de manière significative le nombre total de cellules dendritiques[1].  

Dans une autre étude réalisée auprès d’adultes sains âgés de 50 ans et plus, supplémentés en AHCC pendant 60 jours, les chercheurs ont observé un effet de l’AHCC sur l’activité des cellules CD4+ et CD8+, avec un accroissement de la production de cytokines IFN-γ et TNF-α[2].

Une étude récente assez orginale[3] a investigué les effets de la supplémentation en AHCC sur les variations saisonnières de la compétence immunitaire. L’étude a été réalisée au Japon, au début de la saison froide (novembre et décembre), période au cours de laquelle une diminution de la compétence immune est généralement constatée dans la population générale, avec à la clé un risque accru d’infection (et sur le plan des marqueurs, une baisse du nombre total de cellules NK).
Chez les volontaires sains de cette étude, supplémentés en AHCC et consommant 1 g d’AHCC par jour pendant 4 semaines, le nombre de cellules NK s’est maintenu pendant toute la durée du traitement, alors qu’il diminuait significativement dans le groupe placebo.

De multiples études in vivo chez l’animal[4] se sont intéressées à l’impact de la supplémentation en AHCC contre des pathogènes tels que Candida albicans, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus, ainsi que contre le virus de la grippe.

Une étude très qualitative[5] a étudié l’influence de la supplémentation en AHCC sur la réponse immunitaire au vaccin de la grippe B (Influenza B).
Dans cette étude, 3 semaines après la vaccination, le nombre de cellules NK et CD8+ était plus élevé chez les volontaires supplémentés en AHCC, mais surtout, la supplémentation en AHCC avait également pour conséquence positive l’augmentation significative du nombre d’anticorps sécrétés contre le virus de la grippe, ce qui met en lumière une action conjointe de l’ingrédient, à la fois sur l’immunité naturelle et sur l’immunité acquise.

augmentation anticorps contre la grippe AHCC Nutrixeal Info
Influenza B antibody titers pre- and post-vaccination, in AHCC®-treated and control groups[5].

Récemment encore, une étude américaine réalisée au MD Anderson Cancer Center à Houston s’est intéressée à l’effet de la supplémentation en AHCC dans le cadre d’infection à papillomavirus humain (HPV)[6].

La liste des travaux sur cet ingrédient phare est réellement très qualitative et conséquente, et pour plus d’information, nous vous invitons à parcourir les nombreux items de la bibliographie publiée ci-dessous.

Nota bene

Les informations présentées dans cet article ne visent en aucun cas à présenter les compléments alimentaires de la gamme Nutrixeal comme une solution thérapeutique.
Les informations bibliographiques qui suivent n’ont donc d’autre but que d’encourager les lecteurs qui s’intéressent à la science nutraceutique à lire ces travaux par eux-mêmes, de manière à enrichir leur compréhension du sujet.
Rappelons que les compléments alimentaires Nutrixeal ne peuvent être considérés et utilisés comme des médicaments.

Avis et commentaires de l’équipe Nutrixeal :

AHCC allie une haute capacité d’assimilation à une très grande sûreté d’emploi. Au laboratoire Nutrixeal, nous utilisons maintenant AHCC depuis plusieurs années et ce produit recueille un succès grandissant auprès des consommateurs et des professionnels de santé.

AHCC de Nutrixeal est un extrait de shiitake innovant.

L’AHCC : un ingrédient sûr

La sécurité d’emploi de l’AHCC a été confirmée par de multiples recherches et tests d’innocuité, ainsi qu’au travers d’un essai de phase 1 chez l’homme.

De plus, l’AHCC a été consommé régulièrement par des centaines de milliers d’individus depuis son lancement commercial en 1989.

En ce qui concerne le laboratoire Nutrixeal, nous utilisons l’AHCC depuis plusieurs années avec des retours consommateurs particulièrement favorables.

L’AHCC : un ingrédient reconnu par les professionnels de la nutraceutique

L’AHCC a obtenu en 2007 le prix de l’American Society for Parenteral and Enteral Nutrition (Aspen).

L’AHCC a également obtenu en 2002 lors du salon Nutracon, aux Etats-Unis, le NutrAward 2002, prix décerné par un panel d’experts lors d’une compétition où 300 actifs nutraceutiques innovants étaient en compétition.

definition Nutrixeal Info

Les cellules NK

Fabriquées dans la moelle osseuse, les lymphocytes NK, ou cellules NK (NK sont les initiales de « Natural Killer », « tueur naturel » en français), sont des cellules de l’immunité innée et constituent l’une des toutes premières lignes de défense de notre système immunitaire, capables de détecter et de tuer très tôt des cellules cancéreuses ou infectées par un virus, en produisant des substances chimiques cytotoxiques, tout en sécrétant également des cytokines dont le rôle est de stimuler et guider l’action des lymphocytes B et T.

Les cellules tueuses sont capables de lyser (c’est-à-dire de totalement désagréger) des cellules étrangères à l’organisme, sans nécessité de présentation et reconnaissance préalable d’un antigène caractéristique de l’intrus qu’elles prennent pour cible.

En réalité, les cellules NK sont spontanément capables de détruire toutes les cellules de l’organisme, et leur propension à lyser toutes les cellules est heureusement inhibée par toute une série de systèmes de régulation, qui préviennent une attaque contre des cellules saines. Pour simplifier les choses, les cellules saines émettent des signaux inhibiteurs, qui sont plus forts que les signaux d’activation de l’attaque.

Lorsqu’il est activé, le lymphocyte NK agit en 3 étapes :

  1. Production de cytokines pour orienter le travail des autres lymphocytes (donner l’alerte)
  2. Largage de granules cytotoxiques
  3. Lyse de la cible de l’attaque.

Références

[1] Terakawa, N., Matsui, Y., Satoi, S., Yanagimoto, H., Takahashi, K., Yamamoto, T., Yamao, J., Takai, S., Kwon, A.-H., and Kamiyama, Y. (2008). Immunological effect of active hexose correlated compound (AHCC) in healthy volunteers: a double-blind, placebo-controlled trial. Nutr Cancer 60, 643–651.

[2] Yin, Z., Fujii, H., and Walshe, T. (2010). Effects of active hexose correlated compound on frequency of CD4+ and CD8+ T cells producing interferon-γ and/or tumor necrosis factor-α in healthy adults. Hum. Immunol. 71, 1187–1190.

[3] Takanari, J., Hirayama, Y., Homma, K., Miura, T., Nishioka, H., and Maeda, T. (2015). Effects of active hexose correlated compound on the seasonal variations of immune competence in healthy subjects. J Evid Based Complementary Altern Med 20, 28–34.

[4] Miura et al. (2010). Basic and clinical studies on active hexose correlated compound. In Biotechnology in functional foods and nutraceuticals, CRC Press, Editors: Debasis Bagchi, Francis C. Lau, Dilip K. Ghosh. Part I pp.51-59.

[5] Roman, B.E., Beli, E., Duriancik, D.M., and Gardner, E.M. (2013). Short-term supplementation with active hexose correlated compound improves the antibody response to influenza B vaccine. Nutr Res 33, 12–17.

[6] Smith et al. (2014). Evaluation of active hexose correlated compound (AHCC) for the eradication of HPV infections in women with HPV positive pap smears. Presentation at the 11th Annual Meeting of the Society of Integrative Oncology, Houston, Texas.

[7] Chutaputthi et al. (2010). Presentation at the 18th International Congress on Nutrition and Integrative Medicine, Sapporo, Japan.

[8] Ito, T., Urushima, H., Sakaue, M., Yukawa, S., Honda, H., Hirai, K., Igura, T., Hayashi, N., Maeda, K., Kitagawa, T., et al. (2014). Reduction of adverse effects by a mushroom product, active hexose correlated compound (AHCC) in patients with advanced cancer during chemotherapy–the significance of the levels of HHV-6 DNA in saliva as a surrogate biomarker during chemotherapy. Nutr Cancer 66, 377–382.

[9] Kawaguchi, Y (2009). Improved Survival of Patients with Gastric Cancer or Colon Cancer when treated with Active Hexose Correlated Compound (AHCC): Effect of AHCC on digestive system cancer. Nat Med J., vol. 1(1).

[10] Kim, H., Kim, J.-H., and Im, J.-A. (2014). Effect of Active Hexose Correlated Compound (AHCC) in alcohol-induced liver enzyme elevation. J. Nutr. Sci. Vitaminol. 60, 348–356.

[11] Matsui, K., Ozaki, T., Oishi, M., Tanaka, Y., Kaibori, M., Nishizawa, M., Okumura, T., and Kwon, A.-H. (2011). Active hexose correlated compound inhibits the expression of proinflammatory biomarker iNOS in hepatocytes. Eur Surg Res 47, 274–283.

[12] Matsui, Y., Uhara, J., Satoi, S., Kaibori, M., Yamada, H., Kitade, H., Imamura, A., Takai, S., Kawaguchi, Y., Kwon, A.-H., et al. (2002). Improved prognosis of postoperative hepatocellular carcinoma patients when treated with functional foods: a prospective cohort study. J. Hepatol. 37, 78–86.

A consulter également :

Di Pierro, F., Bertuccioli, A., and Cavecchia, I. (2020). Possible therapeutic role of a highly standardized mixture of active compounds derived from cultured Lentinula edodes mycelia (AHCC) in patients infected with 2019 novel coronavirus. Minerva Gastroenterol Dietol.

Smith, J.A., Mathew, L., Gaikwad, A., Rech, B., Burney, M.N., Faro, J.P., Lucci, J.A., Bai, Y., Olsen, R.J., and Byrd, T.T. (2019). From Bench to Bedside: Evaluation of AHCC Supplementation to Modulate the Host Immunity to Clear High-Risk Human Papillomavirus Infections. Front Oncol 9, 173.

Partagez cet article
Laisser un commentaire / avis

Défiler vers le haut
error: Content is protected !!