Nutrixeal sans dioxyde de titane

Dioxyde de titane (TiO2) : où en est-on ?

Quelques jours après l’entrée en application de la mesure d’urgence prise par la France pour interdire provisoirement l’utilisation du colorant E171 (dioxyde de titane / TiO2) dans les denrées alimentaires, le laboratoire Nutrixeal fait le point sur le statut réglementaire de cet additif controversé. Pour rappel, l’absence de TiO2 (E171) a toujours fait partie des engagements qualité Nutrixeal, depuis la création du laboratoire.

Depuis le 1er janvier 2020, la France a provisoirement interdit l’utilisation de l’additif alimentaire (colorant) E171 (dioxyde de titane / TiO2) dans les denrées alimentaires, dont les compléments alimentaires (Arrêté du 17 avril 2019). L’interdiction a pour l’instant été prononcée pour une durée d’1 an seulement et elle n’est valable que pour les produits étiquetés après le 1er janvier 2020. Les industriels conservent le droit d’écouler leurs stocks de denrées contenant du dioxyde de titane si celles-ci ont été fabriquées en 2019.

Mais en prenant la décision de suspendre l’utilisation du dioxyde de titane, la France s’est placée dans une situation délicate vis-à-vis de l’Union Européenne. En effet, l’EFSA, l’agence européenne de sécurité des aliments, refuse pour l’instant d’entendre les arguments de la France visant à interdire une bonne fois pour toutes l’utilisation de cet additif dans les denrées alimentaires (cf. Avis EFSA du 10 mai 2019). Combien de temps encore la France pourra-t-elle maintenir en application sa mesure d’urgence d’interdiction sur le territoire national ? Le doute persiste… Si rien ne bouge, 2021 pourrait voir le retour du dioxyde de titane dans les produits alimentaires français !

Produits Nutrixeal : sans TiO2 depuis toujours !

En ce qui concerne les produits Nutrixeal, pas d’inquiétude : nous avons toujours exclu l’utilisation de cet additif controversé et cela ne changera pas ! L’absence de TiO2 (dioxyde de titane) a toujours fait partie de notre charte qualité.

Pour rappel, le colorant dioxyde de titane E171, qui contient classiquement jusqu’à 36% de nanoparticules (en nombre), est soupçonné d’effets cancérogènes au niveau intestinal, d’après différentes études, dont une étude française menée in vivo sur des rongeurs (Bettini et al., 2017 – cf. références complètes ci-dessous). Cette étude appelée « Nanogut », conduite par un consortium de chercheurs français (INRA, CEA, ANSES, …), a observé l’induction de lésions colorectales précancéreuses après une exposition chronique des rats à l’additif E171. La littérature scientifique abonde en outre de travaux montrant que les nanoparticules de TiO2 peuvent induire des phénomènes inflammatoires, du stress oxydant, des lésions génotoxiques (cassures de l’ADN) et un certain degré de mortalité cellulaire, dans différents organes.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les rapports de l’ANSES sur le dioxyde de titane, ou lire directement l’étude principale ayant motivé l’interdiction du TiO2 (étude en accès libre, en anglais) : Bettini, S., Boutet-Robinet, E., Cartier, C., Coméra, C., Gaultier, E., Dupuy, J., Naud, N., Taché, S., Grysan, P., Reguer, S., et al. (2017). Food-grade TiO2 impairs intestinal and systemic immune homeostasis, initiates preneoplastic lesions and promotes aberrant crypt development in the rat colon. Sci Rep 7, 40373.

Dr. Mathilde CLIER, PhD

Partagez cet article
Laisser un commentaire / avis