Attention à la surexposition aux HAP dans les compléments alimentaires, alerte Nutrixeal Info.
Accueil > Réglementation > Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et compléments alimentaires : attention à la surexposition !

Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et compléments alimentaires : attention à la surexposition !

Tout au long de notre vie, nous nous exposons à des polluants qui peuvent avoir des conséquences sur notre santé. Parmi ceux-ci, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) composent une catégorie de molécules organiques qu’il faut surveiller. Les compléments alimentaires ne font pas exception : selon leur qualité, ils peuvent en effet contenir des HAP et présenter des risques pour notre santé.

Le laboratoire Nutrixeal met donc un point d’honneur à contrôler les matières premières utilisées dans ses produits pour vous garantir des compléments alimentaires sans HAP ! Faisons le point sur ces contaminants de plus en plus problématiques pour le secteur des nutraceutiques.

Les HAP, une famille de polluants organiques sous surveillance

Classification des HAP

Vous vous êtes peut-être demandé ce que signifient les termes « Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques » pour désigner les HAP. Le nom HAP est lié à la composition des molécules de cette famille. En effet, les HAP sont des molécules organiques constituées d’atomes de carbone et d’hydrogène (d’où le terme « hydrocarbures ») qui s’organisent sous forme de plusieurs cycles aromatiques (d’où la mention « aromatiques polycycliques »). Les propriétés de chaque HAP varient légèrement en fonction de l’arrangement et du nombre de cycles qui les composent[1].

Structure d'un HAP, le Benzo[a]pyrene, à surveiller dans les compléments alimentaires.
Structure moléculaire du benzo[a]pyrene (BaP) : le BaP est un HAP composé d’atomes de carbone (en noir) et d’hydrogène (en blanc) qui s’organisent en cinq cycles aromatiques.

Les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques sont généralement classés en deux catégories :

  • les HAP de faible poids moléculaire, composés de moins de 4 cycles,
  • les HAP de poids moléculaire élevé, qui possèdent 4 cycles ou plus.

Cette composition en cycles aromatiques confère à ces molécules des propriétés hydrophobes, c’est-à-dire qu’elles ont une très faible solubilité dans l’eau. Cette caractéristique est d’autant plus marquée pour les molécules HAP possédant une masse importante (plusieurs cycles). Elles sont très lipophiles et peuvent ainsi plus facilement s’accumuler dans certains aliments et pénétrer nos cellules.

De multiples sources de HAP

Les HAP sont formés et libérés lors de la combustion incomplète de matières organiques, telles que le tabac, ou de certains combustibles, comme le bois ou le carburant, mais également dans le cadre de procédés industriels tels que le fumage alimentaire.

On dénombre plusieurs dizaines de HAP différents, que l’on peut retrouver à la fois dans l’air qui nous entoure, l’eau et les sols, mais également dans l’alimentation. Pour un non-fumeur, la principale voie d’exposition aux HAP est l’alimentation via la consommation d’aliments fortement contaminés en HAP. Cette contamination peut être liée aux processus industriels (notamment le séchage ou le fumage de certains aliments), mais elle peut être également due à des aliments qui sont récoltés dans des zones fortement polluées (proches de zones industrielles ou d’axes routiers).

Sources de HAP dans les compléments alimentaires, l'alimentation et l'environnement.
Au même titre que les aliments, les ingrédients utilisés dans les compléments alimentaires peuvent être contaminés par les HAP présents dans les sols pollués.

Au vu des multiples sources possibles de HAP dans les aliments (bioaccumulation via les polluants dans le sol, l’air…), il est difficile de retracer leur origine dans les produits que nous consommons. Néanmoins, les scientifiques et les agences de santé préconisent unanimement un suivi particulier de certains HAP dans les produits alimentaires (utilisés comme biomarqueurs de la contamination en HAP). De nombreuses études ont en effet démontré des effets néfastes pour la santé.

Impact des HAP sur la santé

L’impact des HAP sur la santé varie en fonction de la durée d’exposition, de la quantité de HAP à laquelle nous nous exposons mais également de facteurs propres à chacun, tels que l’âge où l’état de santé général. Parmi les symptômes liés à une exposition courte, on retrouve des irritations de la peau, des inflammations ou des réactions allergiques[1]. Les personnes exposées de façon chronique semblent par ailleurs plus susceptibles de développer des cancers de la peau, des poumons, ou même d’avoir des dommages au niveau du foie ou des reins[2]. D’autres effets sur la santé sont suspectés, comme un effet reprotoxique (qui affecte la fertilité et le développement des fœtus)[3] ou génotoxique (qui endommage l’intégrité de notre ADN)[1].

Pour aller plus loin

L’effet des HAP sur notre santé diffère d’une molécule à l’autre. Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classé 24 HAP en fonction de leur caractère cancérogène :

  • avéré (groupe 1),
  • probable (groupe 2A),
  • possible (groupe 2B).

Parmi ceux-ci, nous pouvons citer le BaP, qui est un cancérogène avéré, mais également le benz[a]anthracene (BaA), le benzo[b]fluoranthene (BbF) ou le chrysene (CHR) qui sont des cancérogènes possibles.

Une réglementation stricte pour le milieu alimentaire et nutraceutique

Un suivi des HAP dans l’environnement (notamment l’air et l’alimentation) a été imposé par plusieurs agences gouvernementales[4].

Ainsi, l’agence américaine pour la protection de l’environnement (US-EPA) a classé 16 HAP comme polluants prioritaires dans les échantillons environnementaux. Ces polluants ont été sélectionnés d’après leur toxicité et leur abondance dans les échantillons analysés.

Par ailleurs, le comité scientifique de l’alimentation (SCF) a déterminé en 2002 que 15 HAP présentaient des propriétés mutagènes ou génotoxiques suite à des travaux réalisés en laboratoire sur des cellules animales. Un comité mixte d’experts FAO/OMS sur les additifs alimentaires (JECFA) a confirmé ces travaux en 2005. Cela a permis d’ajuster la liste des HAP prioritaires qui sont suivis aujourd’hui.

Enfin, l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a également dressé une liste de 16 HAP décrits comme prioritaires, et donc à surveiller, dans nos aliments.

Auparavant, le suivi des HAP était limité à l’évaluation des teneurs en BaP, le seul cancérigène avéré pour l’homme d’après le CIRC. Néanmoins, depuis 2008, une méthodologie plus rigoureuse définie par l’EFSA préconise l’évaluation des taux de 4 HAP comme indicateur le plus approprié dans les denrées alimentaires. Ce marqueur nommé ∑PAH4 implique le contrôle des taux de BaP, CHR, BaA et BbF.

Plus particulièrement, depuis 2015, le règlement UE n°2015/1933 (de la Commission du 27 octobre 2015) spécifie les concentrations maximales pour le BaP et le marqueur ∑PAH4, pour les compléments alimentaires avec préparations de plantes, propolis, gelée royale ou spiruline :

  • BaP : 10 ppb
  • Somme des 4 HAP : 50 ppb

Le saviez-vous ?

Le ppb (part per billion), ou partie par milliard, est une manière d’exprimer les très petites concentrations ou proportions.

1 ppb = à 10–9, soit 1 μg / kg

HAP indicateur principal pour les compléments alimentaires et l'alimentation.
Le marqueur ∑PAH4 implique le contrôle des taux de BaP, CHR, BaA et BbF.

Les HAP, une préoccupation majeure pour les compléments alimentaires

Plusieurs études récentes révèlent un non-respect des normes

L’exposition chronique aux HAP cancérogènes, reprotoxiques ou génotoxiques constitue donc une menace pour notre santé. En 2015, afin d’étudier si une exposition élevée aux HAP pouvait avoir lieu après consommation de compléments alimentaires, des chercheurs ont analysé 94 compléments alimentaires et testé la présence des quatre biomarqueurs liés à la contamination par les HAP[5]. Les produits étudiés étaient issus de matières végétales, d’huile de poissons ou même de produits apicoles. A des fins de comparaison, les produits testés provenaient de différents pays européens (France, Belgique, Pays-Bas, République tchèque, Autriche, Pologne et Irlande) mais également d’Inde.

Sur les 94 échantillons testés, 68 dépassaient les limites pour les biomarqueurs HAP établis par l’union européenne, et 49 des échantillons pour le BaP (cancérogène avéré). Ce rapport a par ailleurs été rendu public quelques mois seulement avant l’entrée en vigueur des nouvelles limites maximales pour les HAP (règlement EU n°2015/1933).

Cette étude a confirmé les résultats des travaux publiés en 2011, lors desquels des chercheurs ont analysé les teneurs en HAP dans différents compléments alimentaires issus d’Allemagne[6]. Sur les 333 produits analysés entre 2008 et 2009, 210 présentaient des teneurs en BaP plus élevées que les taux préconisés par l’EFSA, soit plus de 60% des produits testés ! Cette étude met notamment en garde contre les teneurs particulièrement élevées des 4 HAP de référence (dont le BaP) retrouvées dans certains produits, tels que le resvératrol ou des compléments alimentaires à base de Ginkgo biloba, de millepertuis ou de propolis.

Nutrixeal garantit l’absence de HAP dans tous ses produits conformément à la réglementation

Ainsi, consommer des compléments alimentaires contenant des ingrédients fortement pollués pourrait bien favoriser une exposition au HAP. C’est pourquoi le laboratoire Nutrixeal vous garantit un suivi tout particulier concernant les teneurs en HAP de nos produits, conformément à la réglementation. Contrôler la teneur en HAP de nos produits est l’une de nos priorités. Nous réalisons des mesures indépendantes de nos fournisseurs, notamment sur les teneurs en BaP et le marqueur ∑PAH4, afin de fournir un produit le plus pur possible, c’est-à-dire avec des teneurs en HAP bien inférieures aux normes fixées par la commission européenne. Cette précaution nous assure un produit de haute qualité.

Garantie sans HAP Nutrixeal : procédure de test en interne sur chaque lot.
Le laboratoire Nutrixeal met en place une procédure de contrôle sur chaque nouveau lot réceptionné afin de vérifier les taux de HAP.

Cette contrainte rend cependant parfois très compliquée la recherche de matières premières. En effet, il n’est pas rare que les produits disponibles sur le marché ne réunissent pas l’ensemble de ces critères qualité. A chaque réapprovisionnement, nous testons les nouveaux lots. Si les résultats ne sont pas conformes à nos attentes et à nos engagements qualité, ils sont systématiquement renvoyés. Il peut alors arriver que la durée d’approvisionnement de certains produits se trouve rallongée, afin de vous garantir un produit sain, pur et de qualité. Nous avons notamment déjà rencontré ce type de problématique pour la Bacopa monnieri , Berberis vulgaris ou Polygonum cuspidatum.

Berberis vulgaris et Bacopa monnieri particulièrement touchées par le problème de la contamination aux HAP.
Berberis vulgaris et Bacopa monnieri, plantes particulièrement touchées par le problème de la contamination aux HAP.

Nous avons à cœur de vous alerter sur tous les critères qualité qui vous permettent de consommer des compléments alimentaires de manière sure et fiable. Nous vous informions notamment il y a quelques mois sur les risques liés à la consommation de curcuma en provenance du Bangladesh, ou encore sur la sûreté d’utilisation des extraits d’algue Haematococcus pluvialis, source d’astaxanthine.

Liste des 16 HAP prioritaires et indicateurs préconisés

HAP prioritaires et utilisés comme indicateurs pour les compléments alimentaires et l'alimentation.
Nutrixeal références scientifiques et bibliographiques

Références

[1] H. I. Abdel-shafy, M. S. M. Mansour, REVIEW A review on polycyclic aromatic hydrocarbons : Source , environmental impact , effect on human health and remediation. Egypt. J. Pet. 25, 107–123 (2016).

[2] K.-H. Kim, S. A. Jahan, E. Kabir, R. J. C. Brown, A review of airborne polycyclic aromatic hydrocarbons (PAHs) and their human health  effects. Environ. Int. 60, 71–80 (2013).

[3] A. L. Bolden, J. R. Rochester, K. Schultz, C. F. Kwiatkowski, Polycyclic aromatic hydrocarbons and female reproductive health: A scoping review. Reprod. Toxicol. 73, 61–74 (2017).

[4] Z. Zelinkova, T. Wenzl, The Occurrence of 16 EPA PAHs in Food – A Review, 248–284 (2015).

[5] Z. Zelinkova, T. Wenzl, EU marker polycyclic aromatic hydrocarbons in food supplements: analytical approach  and occurrence. Food Addit. Contam. Part A, Chem. Anal. Control. Expo. risk  Assess. 32, 1914–1926 (2015).

[6] M. J. Martena, M. M. P. Grutters, H. N. De Groot, E. J. M. Konings, I. M. C. M. Rietjens, Monitoring of polycyclic aromatic hydrocarbons (PAH) in food supplements containing  botanicals and other ingredients on the Dutch market. Food Addit. Contam. Part A, Chem. Anal. Control. Expo. risk  Assess. 28, 925–942 (2011).

SCF (2002) Scientific Committee on Food (SCF). Opinion of the Scientific Committee on Food on the Risks to Human Health of Polycyclic Aromatic Hydrocarbons in Food. (Brussels: Scientific Committee on Food (SCF), 2002).

EFSA (2008). “Scientific Opinion of the Panel on Contaminants in the Food Chain on a request from the European Commission on Polycyclic Aromatic Hydrocarbons in Food.” The EFSA Journal 724 (2008): 1–114.

JECFA (2006). Safety evaluation of certain contaminants; WHO Food Additives Series, No. 55. Chapter on Polycyclic aromatic hydrocarbons; p. 563-743. Geneva: World Health Organization

CIRC. https://www.iarc.fr/fr/a-propos-du-circ/ (NB : liste à jour en français disponible sur https://www.cancer-environnement.fr/317-Classification-des-HAP.ce.aspx)

Partagez cet article
Rédigé par
Equipe rédactionnelle de Nutrixeal Info

Notre travail de rédaction est toujours une aventure collective !
> Découvrez l'équipe de rédacteurs récurrents de Nutrixeal Info.

Laisser un commentaire / avis

1 commentaire / avis
Défiler vers le haut
error: Content is protected