Accueil > Brèves > Carence en vitamine K et formes sévères de COVID-19 : une corrélation statistique ?

Carence en vitamine K et formes sévères de COVID-19 : une corrélation statistique ?

Les résultats d’une étude récente hollandaise suggèrent un lien entre une carence en vitamine K et le développement des formes les plus sévères de Covid-19[1].

La vitamine K, essentielle à la coagulation

La vitamine K est une vitamine liposoluble (soluble dans le gras), fournie par l’alimentation ou fabriquée par la flore intestinale. Il existe deux grandes familles de vitamine K naturelle : la vitamine K1 (phytoménadione, phylloquinone ou phytonadione) et la vitamine K2 (ménaquinones). La vitamine K3 correspond quant à elle à une vitamine K de synthèse. On trouve notamment des teneurs importantes en vitamine K1 dans les légumes verts (épinards, brocolis, asperges…) et huiles végétales (olive, colza). La vitamine K2 est plutôt présente dans les abats et produits laitiers.

Comme son nom le suggère (de l’allemand « Koagulation »), la vitamine K est impliquée dans la production de protéines qui régulent la coagulation. Elle intervient également dans le métabolisme des os et d’autres tissus.

Le saviez-vous ?

Les anti-coagulants oraux les plus consommés en France[2], nommés AVK (antivitamines K), sont une classe de médicaments qui interfèrent avec le métabolisme de la vitamine K pour réguler l’activité des facteurs de coagulation.

Une étude épidémiologique récemment mise à l’honneur

Cette étude a été réalisée à l’hôpital Canisius-Wilhelmina à Nimègue, aux Pays-Bas, en collaboration avec l’Institut de recherche cardio-vasculaire de Maastricht. Elle s’est portée sur 123 patients hospitalisés pour une forme sévère de la maladie, entre le 12 mars et le 11 avril 2020. Le groupe de contrôle pris en compte dans cette étude, composé de 184 personnes non infectées, est issu d’une précédente étude[3] (en raison de la mise en place de quarantaines et de pratiques de distanciation sociale pour contenir la pandémie).

Les scientifiques ont déterminé pour ces différents groupes de personnes le statut en vitamine K et ont analysé les résultats selon trois groupes :

  • les personnes non infectées ;
  • les patients infectés ayant quitté l’hôpital sans bénéficier d’une assistance respiratoire ;
  • les patients infectés ayant nécessité une installation en soins intensifs ou étant décédées.

Pour aller plus loin

Les taux sanguins de vitamine K sont difficiles à mesurer directement. Dans cette étude, les chercheurs ont donc fait le choix d’évaluer le taux sanguin d’une protéine dépendante de la vitamine K. On parle alors de l’analyse d’un biomarqueur, ici la protéine dp-ucMGP (desphospho-uncarboxylated matrix Gla protein), dont le statut est inversement corrélé à celui de la vitamine K : un taux élevé de ce marqueur reflète un faible taux de vitamine K.

Une corrélation entre statut en vitamine K et gravité des symptômes de Covid-19

Cette analyse a significativement montré que les personnes infectées avaient des niveaux de vitamine K plus bas que les personnes saines. Par ailleurs, les personnes du dernier groupe (formes très sévères ; personnes décédées ou en soins intensifs) présentaient des taux encore plus faibles de vitamine K par rapport aux formes moins sévères (personnes n’ayant pas eu besoin d’une assistance respiratoire).

Les scientifiques se sont également intéressés, pour un sous-groupe de 26 personnes infectées, au degré de dégradation de l’élastine. Ces fibres élastiques sont en effet des composants essentiels de la matrice extracellulaire des tissus dynamiques tels que les poumons. Les scientifiques ont alors constaté une accélération de la dégradation de l’élastine chez les patients atteints de Covid-19, qui semble donc associée au faible statut en vitamine K.

Ainsi, les chercheurs néerlandais concluent dans leur étude à une corrélation entre un statut réduit en vitamine K, une accélération de la dégradation des tissus et le degré de gravité de la maladie.

Avis Nutrixeal : vitamine K et covid-19, une corrélation concluante ?

Nous tenons à souligner que malgré tout l’intérêt de ces travaux, les résultats cités ne permettent pas de déterminer si une carence en vitamine K peut favoriser le développement de formes graves de Covid-19.

Ces résultats préliminaires semblent en effet révéler une corrélation entre un faible statut en vitamine K et le degré de gravité de la maladie, mais une corrélation n’est cependant pas une relation de cause à effet.

Les personnes atteintes de problèmes cardio-vasculaires, qui sont également de grands consommateurs d’anti-coagulants AVK (antivitamines K), présentent des risques aggravés de mortalité par Covid-19. Cette comorbidité (c’est-à-dire la présence d’une maladie s’ajoutant à la maladie initiale) pourrait suffire à elle seule à expliquer les résultats statistiques observés, sans aucun lien concret entre vitamine K et l’évolution de la maladie. Ce type d’étude d’observation doit donc toujours être complété par des études d’intervention pour aboutir à des conclusions plus précises. L’équipe de scientifiques à l’origine de ces travaux est actuellement à la recherche de financements pour mettre en place un essai clinique sur la base de leurs premiers résultats.

Cette étude est par ailleurs encore en attente de validation par le comité de lecture de la revue à laquelle elle a été soumise, ce qui n’a pas empêché les médias de reprendre l’information en cascade (The Guardian, Cnews, etc), avec une rapidité qui devient décidément la norme ces derniers temps… ! La recherche scientifique semble actuellement s’affranchir de toutes les procédures classiques depuis l’extrême médiatisation de l’épidémie de Covid-19…

Même si les résultats de cette étude peuvent fournir des indications intéressantes sur l’opportunité d’une supplémentation dans le contexte actuel, ils ne sont donc pas présentés et ne doivent pas être considérés comme une solution thérapeutique.

PhysioK2® Nutrixeal : une vitamine K de haute qualité

Le laboratoire Nutrixeal propose, dans le produit PhysioK2®, de la vitamine K2 naturelle d’origine végétale, de haute qualité, microencapsulée et hydrodispersible pour une meilleure absorption. Il est intéressant de noter que la vitamine K est associée dans ce produit à de la vitamine D, mise à l’honneur très récemment par l’Académie nationale de Médecine dans le cadre de l’épidémie de SARS-CoV-2 pour son rôle immunomodulateur.

PhysioK2 vitamine K2 vitamine D3 Nutrixeal

Rappelons que les compléments alimentaires Nutrixeal ne peuvent être considérés et utilisés comme des médicaments. Une supplémentation en vitamine K reste toutefois très intéressante pour tous. La vitamine K contribue à une coagulation sanguine normale et au maintien d’une ossature normale (allégations santé approuvées par l’EFSA).

Nutrixeal références bibliographiques et scientifiques

Références

[1] Dofferhoff, A.S.; Piscaer, I.; Schurgers, L.J.; Walk, J.; van den Ouweland, J.M.; Hackeng, T.M.; Lux, P.; Maassen, C.; Karssemeijer, E.G.; Wouters, E.F.; Janssen, R. Reduced Vitamin K Status as A Potentially Modifiable Prognostic Risk Factor in COVID-19. Preprints 2020, 2020040457 (doi: 10.20944/preprints202004.0457.v1).

[2] Les anticoagulants en France en 2012 : état des lieux et surveillance. Rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Juillet 2012. 

[3] Piscaer, I.; van den Ouweland, J.M.W.; Vermeersch, K.; Reynaert, N.L.; Franssen, F.M.E.; Keene, S.; Wouters, E.F.M.; Janssens, W.; Vermeer, C.; Janssen, R. Low Vitamin K Status Is Associated with Increased Elastin Degradation in Chronic Obstructive Pulmonary Disease. J. Clin. Med. 2019, 8, 1116.

Partagez cet article
Laisser un commentaire / avis

Défiler vers le haut